Forum

Remèdes de grippe 2012-2013

18 messages • Page 1 sur 2

Rem

Messagepar Amélie » 19 Fév 2013, 21:46

Bonjour,

Je poste la traduction de l'article qu'avait mentionné Herbadilla concernant les grippes/infections virales de cet hiver : http://paulherscuepidemics.blogspot.co. ... 3.html?m=1

Bonne lecture !

Chers tous,

Quel hiver ! Comme vous avez pu le constater, le nombre de personnes atteintes d’une infection virale ou bactérienne est élevé, plus élevé que d’habitude. Après avoir lu différents rapports de collègues américains ou de l’étranger ainsi que des autorités médicales, j’ai pensé partager mon expérience de ces derniers mois, dans le but de synthétiser ces informations. J’espère que vous en verrez l’utilité.

Durant ces derniers mois, Amy et moi avons pris soin de nombreux patients qui présentaient une maladie aiguë. La première chose qui frappe est qu’il y a eu différents virus et groupes de symptômes changeants, en parallèle avec le pic de l’épidémie de grippe. Cependant, concernant l’épidémie actuelle j’ai noté quelques points importants. Une grande partie des personnes malades le sont sur une courte durée, de quelques jours à une semaine, et récupèrent partiellement pour ensuite retomber malade, avec des hauts et des bas sur plusieurs semaines voire plusieurs mois. Ceci est très atypique concernant le virus de la grippe : la maladie dure environ une semaine en temps normal. Chez la plupart de ces gens le diagnostic n’a pas pu être confirmé correctement par un test de laboratoire. Beaucoup de gens malades actuellement n’ont donc pas la grippe mais une autre infection virale ou bactérienne.

Le fait que de nombreuses personnes aient eu une gastroentérite avec diarrhées ou vomissements confirme cette confusion potentielle. La grippe en tant que telle ne présente pas ces symptômes. Ou formulé d’une autre manière : quand les gens disent familièrement qu’ils ont eu la grippe intestinale, c’est techniquement incorrect, ce n’est pas une grippe contre laquelle ils ont lutté, mais bien contre une maladie virale ou bactérienne différente.

Et dernièrement les médias n’ont pas aidé. Une fois de plus il y a confusion en mettant dans une même catégorie ces maladies aiguës et l’influenza. Il est évident que ces confusions sont délétères pour le praticien. Quand le médecin pense qu’il traite la grippe, ou dit à ses patients de se faire vacciner ou non pour se protéger il est dans l’erreur de diagnostic et de traitement. Comme cela est écrit ailleurs, je pense que c’est une grossière erreur et que nous avons besoin de meilleurs moyens diagnostiques, qui nous permettraient de traiter les gens plus efficacement. Par exemple, un patient malade un mois devrait amener le médecin à comprendre qu’il n’est pas face à une grippe.

Allons à l’essentiel, et cette fois c’est une histoire très intéressante.

Comme certains d’entre vous le savent, j’ai commencé à écrire sur une épidémie qui n’était pas vraiment nette, en tout cas aux Etats-Unis. Le premier symptôme qui m’a intéressé fut le vertige par intermittence. Jusqu’au mois de décembre c’était le symptôme le plus intéressant qui perdurait chez les malades pendant des jours, parfois des semaines voire des mois. Comme je l’ai décrit dans ces mises à jour, je pensais que c’était un symptôme persistant d’une infection virale dont les gens n’avaient pas conscience puisque certains malades présentaient un syndrome viral complet avec symptômes respiratoires tandis que d’autres ne souffraient que de vertiges. De nouveaux patients se présentaient avec cette plainte et je restais intrigué par ce vertige.

J’ai commencé à chercher dans la littérature concernant les anciennes épidémies pour voir s’il y en avait eu avec des symptômes similaires. J’ai trouvé plusieurs références mentionnant une épidémie de vertiges ayant probablement une origine virale. (Les références sont citées à la fin de cet article). Il y a donc eu des infections virales documentées avec pour symptôme principal le vertige : une labyrinthite virale. La différence majeure avec l’épidémie actuelle concerne la sévérité des symptômes : par le passé le vertige était plus sévère. Au contraire, nous avons vu des gens avec des symptômes respiratoires modérés, fatigue, et vertige modéré, qui va et vient, pendant des semaines ou des mois. A l’époque, les remèdes efficaces utilisés furent Cocculus indica et pour certains Conium.

Depuis novembre l’année dernière, d’autres infections virales ont semblé être diagnostiquées et traitées, les principales étant la coqueluche ainsi que d’autres infections respiratoires de longue durée. A partir de ce moment le nombre de consultations pour des vertiges a diminué. Le principal symptôme, excepté la toux sèche et intense était la fatigue. Belladonna semblait être le principal remède à cette époque. Il est intéressant de mentionner que la fatigue était présente chez les malades atteints de vertiges et chez ceux atteints sur le plan respiratoire. Ceci nous amène donc à décembre et janvier, et à la grippe à proprement parler.

Beaucoup de gens sont malades actuellement. Nous sommes submergés d’e-mails nous demandant quel est le génie épidémique, quel remède dois-je donner ? Malheureusement ce n’est pas aussi simple que cela cette année, c’est ce que nous avons constaté dans notre pratique. Cela a été confirmé par les réponses que nous avons reçues lorsque nous vous avons demandé vos observations. Comme cela arrive parfois avec ce genre d’affections, les symptômes semblent converger vers des tableaux principaux présentés ci-dessous. Si vous prenez un cas approprié, pensez à ces catégories et connaissez les bases de ces remèdes listés, vous devriez être capable d’aider ceux qui en ont besoin.

Groupe 1 : Présentation classique de la grippe : faiblesse, tremblements, céphalées, frissons et symptômes respiratoires mineurs. Pour ce groupe d’individus les remèdes ayant aidé sont nux vomica, silicea, mercurius et gelsemium. Usez de votre connaissance de la matière médicale pour les différencier.

Groupe 2 : Ici les symptômes principaux sont gastro-intestinaux et n’ont presque rien à voir avec ceux des autres malades. Les symptômes orientent plutôt vers phosphorus, arsenicum album et nux vomica, dépendant de la combinaison des symptômes, de la soif, des frissons, de l’état mental…

Groupe 3 : Le symptôme central des patients de ce groupe est la toux bronchique, ils ont bien répondu à Belladonna, Bryonia et Drosera.

Groupe 4 : Pour d’autres les symptômes principaux étaient la chaleur, transpiration, courbatures, symptômes respiratoires mineurs et fatigue. Les 3 remèdes principaux de ce groupe étaient Sulfur, Mercurius et Bryonia.

Groupe 5 : C’est le plus intéressant des groupes selon moi : il comprend les malades qui ne sont pas dans leur assiette sur le plan cognitif. Les symptômes principaux sont : fatigue sévère et intense, léthargie, incapacité à rester debout pendant un long moment, et incapacité à donner un tableau symptomatique convaincant. En général le niveau de cognition est abaissé de façon marquée et inhabituelle. Ces patients ont beaucoup de mal à construire des phrases cohérentes. Ils sont plus que léthargiques, ils veulent rester allonger ou dormir. Très souvent, lorsqu’on leur demande de décrire leurs symptômes, ils oublient la question, ce qu’ils voulaient dire, ou soudainement se rappellent qu’ils n’ont jamais pris leur température, ne connaissent pas le jour de la semaine ou ne se souviennent pas de ce qu’ils ont mangé dans les heures précédentes. Ils pouvaient également avoir des frissons, courbatures et symptômes respiratoires mineurs. Pour ce groupe de patients Silicea et Baptisia ont été très utiles. C’est sur ce groupe que je veux insister.

Premièrement, je ne suis pas sûr de ce que ces patients ont, mais je ne pense pas que ce soit la grippe. En aucun cas l’épisode était bref, jusqu’au moment où j’ai vu chaque patient, il avait été malade pendant plus d’une semaine : inhabituel pour une grippe. Deuxièmement, et le plus intéressant, leur cerveau semblait plus touché que leur corps. Troisièmement, la plupart de ces individus avaient pris Gelsemium avant ma prescription de Silicea ou Baptisia. Et Gelsemium n’avait pas aidé. Je mentionne ceci car beaucoup d’entre nous sont habitués à l’utilisation de ce remède dans les affections virales. La faiblesse est un trait clé de ce remède. Cependant dans ces cas, et contrairement au groupe 1 mentionné ci-dessus, le système nerveux était sévèrement atteint. De plus, les autres keynotes de Gelsemium étaient absentes.

La présentation la plus commune pour Silicea consistait en des frissons importants, une fatigue sévère et le désir de s’allonger. Notez que la constipation, commune dans ce remède n’était pas présente. La transpiration pouvait être là ou non.

Le tableau symptomatique pour Baptisia comprend la fatigue intense, la léthargie, les courbatures, et une importante diminution des fonctions cognitives : tendance à oublier les choses, incapacité à communiquer de manière cohérente. En d’autres termes, je devais répéter les questions, et le patient n’arrivait pas à se remémorer des choses simples. Une des keynotes de ce remède est l’odeur nauséabonde que dégage le patient, elle n’était pas présente dans ces cas. De plus, on peut retrouver la sensation assez courante que les extrémités ne sont plus reliées au corps, à cause des courbatures et de la confusion. Ceci n’était pas présent non plus. Cependant il y avait un symptôme qui représente la même idée à mon avis. Le patient oublie de manger. Le concept d’appétit s’évanouit complètement, non pas parce que ces patients n’ont pas faim mais parce qu’ils ne relient pas la faim et la nourriture, comme si c’étaient deux choses étrangères. Pour moi cela fait partie de la confusion de Baptisia.

Pour résumer les points principaux : premièrement, il y a cette fois différentes infections virales qui se propagent. Elles ont toutes des présentations un peu différentes. J’ai reçu de nombreux emails de cliniciens des quatre coins du monde qui confirment les présentations ci-dessus.

Cependant, le point principal concerne le groupe 5. J’ai reçu de nombreux mails dans lesquels les médecins me décrivaient leurs cas qui présentaient des frissons, faiblesse et fatigue. Ils donnaient Gelsemium, sans effet. J’ai eu l’occasion de traiter des patients avec les mêmes symptômes et je dirais que ceux qui semblaient avoir besoin de Gelsemium répondaient en fait bien à Silicea ou Baptisia (les symptômes de ces deux remèdes se recoupent).
Pensez à Silicea lorsque vous êtes face à une maladie qui va et vient pendant des semaines, sans réelle rémission.
Bonne chance pour cette période. Je sais à quel point cela est déroutant mais je sais aussi que bientôt un virus prendra le dessus et le tableau deviendra plus clair, avec un groupe de symptômes prédominants.

Restons en contact et continuez à nous faire parvenir vos observations.
Bien à vous,
Paul Herscu ND MPH

References:
[Clinical observations in epidemic vertigo].
Barna K, Brasch G.
Orv Hetil. 1981 May 17;122(20):1183-4.

Med J Aust. 1974 Apr 13;1(15):591.Letter: Epidemic vertigo. Williams S.

Zh Ushn Nos Gorl Bolezn. 1971;31(2):115-6.
[Atypical case of vestibular neuronitis, observed during the influenza epidemic in 1969 in Leningrad]. [Article in Russian]
Ryndina AM.

S Afr Med J. 1964 Aug 29;38:709-10.
Epidemic Vertigo. James T.

Brain. 1962 Sep;85:613-20.
"Epidemic vertigo"-"vestibular neuronitis". A clinical study.
Harrison, MS.

Brain. 1959 Dec;82:566-80.
Epidemic vertigo, Clinical picture, epidemiology and relation to encephalitis. Penderson E.
Avatar de l’utilisateur
Amélie
étudiant2
étudiant2
 
Messages: 153
Inscription: 21 Sep 2012, 15:38


18 messages • Page 1 sur 2

Retourner vers Actualité de l'homéopathie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron